For Immediate Release
Dec 20, 2018

Des organisations ont fait demande auprès de la Cour ontarienne afin de soutenir un effort national efficace dans la lutte aux changements climatiques


La Fondation David Suzuki et Ecojustice interviennent afin de protéger la santé et d’agir par rapport aux changements climatiques

OTTAWA — La Fondation David Suzuki et Ecojustice ont annoncé aujourd’hui qu’elles se joindront à la bataille juridique pour défendre la tarification du carbone en demandant le statut d’intervenant dans le renvoi porté devant la Cour d’appel de l’Ontario. Un plan national de tarification du carbone est un élément essentiel de la stratégie canadienne de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’atténuation des effets négatifs sur l’environnement, sur la santé physique et sur la santé mentale attribuables à l’inaction en matière de changements climatiques.

« Nous subissons déjà les impacts des changements climatiques. Il est injuste que les Canadiens doivent souffrir parce que l’Ontario a décidé d’éliminer les réglementations qui limitent ou réduisent la pollution liée aux émissions de GES, a déclaré Diego Creimer, responsable d’affaires publiques pour la Fondation David Suzuki au Québec. Les scientifiques nous disent que l’inaction n’est plus une option et les Canadiens sont en accord avec cette conclusion. »

La demande de statut d’intervenant sera entendue à la Cour d’appel de l’Ontario le 15 janvier. La Fondation a déjà obtenu le statut d’intervenant dans une affaire semblable portant sur la tarification du carbone en Saskatchewan, tout comme d’autres organisations représentant des Premières nations et les secteurs de la santé, l’agriculture et la jeunesse.

Ecojustice a déposé la demande de statut d’intervenant au nom de la Fondation David Suzuki en appui à la loi du gouvernement fédéral, conçue pour exiger que la pollution ne puisse plus être émise de façon gratuite au Canada. Un effort concerté est requis afin de permettre au Canada de respecter ses engagements en vertu de l’Accord de Paris et ainsi empêcher des décès prématurés et des risques inutiles à la sécurité des jeunes Canadiens attribuables aux changements climatiques.

« Étant donné le peu de temps qu’il reste pour s’attaquer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et l’ampleur avec laquelle les changements climatiques affecteront les Canadiens, ce problème constitue maintenant une urgence nationale, a ajouté Danielle Gallant, avocate au sein d’Ecojustice. Toute personne au Canada mérite de vivre en sécurité dans un climat stable, et aucune province ne devrait pouvoir mettre cela en péril à travers son inaction. »

Pour l’Organisation mondiale de la santé, les changements climatiques constituent la principale menace pour la santé de ce siècle. Un rapport canadien publié récemment dans la prestigieuse revue médicale The Lancet précisait que la tarification du carbone était un élément essentiel de la gestion des changements climatiques et de la protection de la santé des êtres humains.

« On ne peut pas avancer en reculant, et c’est exactement ce que le gouvernement Ford fait en éliminant des limites claires à la pollution provenant des GES, ainsi que les programmes de contrôle des émissions automobiles « Air pur » et d’efficacité énergétique pour les maisons. L’approche de l’Ontario est entièrement insuffisante », conclut Diego Creimer.

Le renvoi de l’Ontario sera entendu par la Cour d’appel de cette province en avril 2019. L’Ontario a intenté un renvoi contre le plan de tarification de la pollution par le carbone du gouvernement fédéral après avoir annulé son propre programme de plafonnement et d’échange de droits d’émission qui aurait pourtant permis de respecter les normes fédérales.

For media inquiries

Pour plus d’informations ou pour demander une entrevue, veuillez contacter :

Diego Creimer, Fondation David Suzuki, dcreimer@davidsuzuki.org, 514-999-6743

Catharine Tunnacliffe, Ecojustice, ctunnacliffe@ecojustice.ca  416-368-7533 x 542